15 avenue de l’Europe 78400 CHATOU

06 60 74 28 28

mathilde.etienne.psychomot@gmail.com

Comment se passe un bilan psychomoteur ?

Les différentes étapes du bilan psychomoteur :

Entretien téléphonique : je recueille déjà les premières informations concernant votre enfant (âge, classe), le motif de consultation et le nom du prescripteur. 

Etape-1 : Le psychomotricien réalise un entretien afin de développer l’anamnèse (grossesse, accouchement, développement psychomoteur, propreté, langage, intégration à l’école, acquisitions scolaires, intégration avec les pairs, alimentation, sommeil, devoirs, centres d’intérêt, autonomie, relations familiales, acquisitions motrices, prises en charge et bilans effectués)

Etape-2 : je fais passer à  l’enfant différents tests et épreuves standardisés sur plusieurs séances afin d’évaluer les domaines psychomoteurs à savoir le tonus, la latéralité, les traitements visuospatiaux, les fonctions sensori-motrices, la motricité globale, les fonctions cognitives (attention et fonctions exécutives) et l’écriture

Etape-3 : restitution orale et remise d’un compte-rendu écrit aux parents et au médecin prescripteur. Les parents pourront transmettre le bilan aux enseignants et aux partenaires de soin s’ils le désirent

Etape-4 : en fonction des résultats, le psychomotricien propose :

  •  une prise en charge avec axes de rééducation
  • des préconisations et aménagements quotidiens et/ou scolaires
  • une orientation vers un autre professionnel (orthoptiste, orthophoniste, …)
  • un contrôle ophtalmologique et/ou auditif si besoin

L'organisation du bilan psychomoteur :

Le bilan psychomoteur se fait sur plusieurs séances. 

J’essaie de m’adapter au mieux à votre emploi du temps, en sachant que le bilan est un moment où votre enfant doit être dans de bonnes dispositions (de préférence le matin, après un bon petit-déjeuner et sans écran avant le rdv). Pour un jeune enfant, le rdv se fera en dehors des moments de sieste et de repas.

Le bilan dure environ 3,5 heures mais je peux prendre plus de temps en fonction de l’âge, des domaines à évaluer et des tests utilisés.

Les tests sont standardisés.

Cela me permet de situer votre enfant par rapport à sa classe d’âge et de mettre en place un projet thérapeutique précis avec des objectifs bien définis. Il est primordial pour moi d’instaurer une relation de confiance avec votre enfant afin qu’il se sente le plus à l’aise possible !

Le bilan ne donne qu’une photographie de votre enfant à l’instant T.

Il ne peut pas être vu comme quelque chose de figé mais il évolue au cours du temps. Ce n’est qu’un outil d’aide au diagnostic en vue de proposer un projet thérapeutique ciblant des objectifs précis.

Le psychomotricien propose des activités et des jeux en lien avec ce projet. Il donnera des conseils et aidera les parents à s’adapter au mieux aux difficultés de leur enfant. Il est possible que l’enfant doive réutiliser certaines activités ou que les parents doivent appliquer certaines méthodes (organisation, repérage dans le temps, exercices de respiration…) à la maison ; le but étant de généraliser les “acquis” en dehors des séances de psychomotricité et permettre à l’enfant d’utiliser à la maison et en classe les outils qui lui seront proposés.

Au début de la prise en charge et avec l’accord des parents, je contacte l’enseignant afin d’évoquer la scolarité de l’enfant et réfléchir à des éventuels aménagements avec celui-ci

Bilan psychomoteur chatou montesson carrieres

Les démarches financières pour les séances de psychomotricité

En cabinet libéral, la psychomotricité n’est pas remboursée par la sécurité sociale contrairement aux centres de soins (CMP, CAMSP, Hôpitaux, …) où les soins sont pris en charge. Dans les centres de soin, l’attente est parfois très longue et les parents veulent trouver des solutions rapides et ne pas perdre de temps !

Sachez qu’il existe des solutions que je vous propose d’énumérer ci-dessous.

Avancée en matière de remboursement, un grand pas pour la psychomotricité !

Fin octobre 2018, le vote en première lecture de l’Article 40 de la Loi de finance de la sécurité sociale 2019 a lancé le processus de mise en œuvre du forfait précoce TSA (trouble du spectre autistique) et TND (trouble neurodéveloppemental) que le gouvernement souhaite être opérationnel dès janvier 2020.

Des plateformes (CAMSP, CMPP, CMP, …) auront en charge de mettre en œuvre ce forfait sur le territoire.

 

Ce dispositif est prévu par la stratégie Nationale autisme. Il autorise le financement, pendant un an, par l’assurance maladie, des bilans et interventions des psychomotriciens, psychologues et ergothérapeutes pour les enfants de 0 à 6 ans révolus présentant une suspicion de TSA ou de TND.

 

Objectif : interventions précoces avant que le diagnostic ne soit établi.

 Le professionnel devra respecter les recommandations de bonnes pratiques de la HAS dans ses interventions et faire un retour régulier de ses interventions à la plateforme, à la famille ainsi qu’au médecin traitant.

Démarches à suivre pour demander le remboursement des séances de psychomotricité

 Auprès de la Sécurité sociale

 Afin de constituer un dossier d’aide financière:

  • contactez une assistante sociale de la sécurité sociale ou de la mairie (CCAS) afin de remplir avec elle un dossier de prestations extra légales pour une prise en charge des frais de psychomotricité (département prévention santé)
  • Joignez les documents que je vous aurais au préalable fournis à savoir:
    1. la fiche intitulée:” objet: demande d’aide financière pour soins coûteux pour des séances de psychomotricité (fonds de secours, fonds de solidarité)
    2. le devis des soins
    3. la facture des séances acquittées
    4. le bilan psychomoteur
    5. une ordonnance de prise en charge en psychomotricité

https://www.ameli.fr/assure/droits-demarches/difficultes-acces-droits-soins/aides-financieres-individuelles/aides-financieres-individuelles

Auprès de la Mutuelle

De plus en plus de mutuelles remboursent un certain nombre de séances ou un montant annuel (pack prévention santé).

Auprès de la MDPH

Lorsqu’un dossier MDPH est constitué et parrallèlement à la demande d’adaptations pédagogiques spécifiques, une demande d’allocation peut-être demandée par les parents et une allocation AEEH alouée sur présentation d’un devis annuel du psychomotricien.

Démarches:

L’AEEH est une prestation destinée à compenser les frais d’éducation et de soins apportés à un enfant en situation de handicap. Cette aide est versée à la personne qui en assume la charge. Elle peut être complétée, dans certains cas, d’un complément d’allocation.

Conditions d’attribution

L’AEEH n’est pas soumise à condition de ressources.

Elle est versée à la famille d’un enfant en situation de handicap de moins de 20 ans.

La commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH)  détermine le taux d’incapacité de l’enfant. Les conditions à remplir dépendent de ce taux.

Montant :

Le montant de l’AEEH de base s’élève à 132,21 €.

Ce montant peut être complété, selon les cas, par :

  • un complément AEEH,
  • et une majoration pour parent isolé, si le parent assume seul la charge de son enfant.

Montant versé en fonction du niveau de handicap :

Remboursement en psychomotricité et handicap
Instruction de la demande:

La demande d’AEEH fait l’objet d’une évaluation de vos besoins par une équipe pluridisciplinaire qui élabore ensuite un plan personnalisé de compensation (PPC). Ce plan comprend des propositions de toute nature (prestations, orientation, conseils).

Le PPC est ensuite transmis, avec vos observations éventuelles, à la CDAPH pour décision.

La CDAPH rend sa décision dans un délai de 4 mois à partir de la date de dépôt de la demande. À défaut, le silence gardé pendant plus de 4 mois correspond à un refus.

Durée d’attribution:

L’AEEH est accordée pour une durée allant de 1 à 5 ans selon l’état de santé de votre enfant. Cette durée peut être prolongée si son handicap n’est pas susceptible d’évoluer favorablement.

Versement:

Le droit à l’AEEH est ouvert à partir du mois qui suit le dépôt de la demande à la MDPH. L’allocation est versée mensuellement pendant la durée fixée par la CDAPH.

Lorsque la CDAPH a préconisé des mesures particulières d’éducation et de soins de l’enfant, le droit à l’AEEH est réexaminé au maximum tous les 2 ans.

À savoir :

Si l’enfant est en internat avec prise en charge des frais de séjour, l’AEEH n’est due que pour les périodes pendant lesquelles il rentre chez lui, c’est-à-dire les fins de semaines et les vacances.

Mathilde Etienne, psychomotricienne à Chatou